Josef Nadj

Josef Nadj naît à Kanjiža, en Voïvodine, une enclave de langue hongroise située en Serbie.
Il se dirige tout d’abord vers le dessin. Après une formation aux Beaux-Arts de Budapest, il s’installe à Paris, suit des cours de mime et s’initie au tai-chi, au butô et à la danse contemporaine en tant qu’interprète auprès de Sidonie Rochon, Mark Tompkins, Catherine Diverrès ou François Verret.
Son approche, novatrice et insolente, l’impose dès les années 80 comme un pionnier de la danse contemporaine. Depuis Canard Pékinois (1987), sa pièce fondatrice, Josef Nadj creuse le sillon d’une chorégraphie exigeante et passionnée. Qu’il visite des auteurs atypiques (Beckett, Kafka, Michaux) ou entraîne avec lui des plasticiens (Miquel Barceló) ou des musiciens (Akosh Szelevényi, Joëlle Léandre) sur scène, Josef Nadj s’épanouit dans une totale liberté. Comme pour réveiller nos sens, il mélange les références, les signes et les matériaux. Oscillant entre réel et onirisme, tradition et modernité, il interroge l’essentiel : le rapport de l’homme à lui-même.
Chorégraphe, danseur, mais aussi plasticien et photographe, il pose un regard poétique et passionné sur l’humanité, toujours à la recherche de nouvelles formes. L’originalité de son geste créatif prend sa source dans son parcours d’artiste décliné au gré des soubresauts de l’histoire européenne. Josef Nadj est un artiste sans frontières ni barrières.
Josef Nadj est l’auteur de plus d’une quarantaine de créations et d’expositions programmées dans près de 50 pays. 
Il a été artiste invité par des événements internationaux majeurs (Festival d’Avignon, Festival International Tchekhov, Quadriennale de Prague, etc.). Au fil des années, les œuvres de Josef Nadj sont devenues des incontournables de la danse contemporaine.
Il a dirigé le Centre chorégraphique national d’Orléans de 1995 à 2016 avant d’établir sa nouvelle compagnie à Paris en 2017. Avec Atelier 3+1, son œuvre se poursuit et prend parallèlement une nouvelle orientation. La création plastique a toujours été intimement liée aux créations scéniques de Josef Nadj. Tout en poursuivant sa recherche chorégraphique, il entend se saisir de l’opportunité de ce nouveau cadre de production pour replacer le travail plastique au cœur du travail scénique et corporel.
Josef Nadj été fait Chevalier des Arts et des lettres en 2002, pour la contribution de ses œuvres au rayonnement des arts en France et dans le monde. En 2011, il est promu Officier dans l’Ordre des Arts et des Lettres.