Pièce pour 3 danseurs

REPORTÉ / Stream Dream

Julie Bougard

Création 2020 / Première / Jeune public 10 ans+

Chorégraphie et mise en scène : Julie Bougard
Danseurs : Fanny Brouyaux, Robert Denis, Daan Jaartsveld
Compositeur : Laurent Delforge
Création costume : Silvia Hasenclever
Scénographie : Peter Maschke
Création lumière : Maria Dermitzaki
Vidéaste et création gaming : François Zajèga
Régie générale : Frédéric Nicaise
Dramaturgie : Jean-Michel Frère

Production : Turba
Coproduction : Charleroi danse, CCN Tours, Mars – Mons arts de la scène
Soutien : Fédération Wallonie-Bruxelles – Service de la danse, Wallonie-Bruxelles-International, Centre Culturel Jacques Franck, SACD, La Fabrique de Théâtre, Grand Studio, Pierre de Lune – Centre Scénique Jeunes Publics de Bruxelles, Numediart – UMons, Haute École Albert Jacquard – HEAJ – Infographie, Studio Thor. Julie Bougard est accompagnée par Grand Studio.
 
Une co-présentation Pierre de Lune et Charleroi danse à l’occasion du Mini D Festival et en collaboration avec le Centre culturel Jacques Franck

Danseuse mais également pédagogue, chorégraphe, tête chercheuse, Julie Bougard porte depuis plus de vingt ans ses propres créations avec sa compagnie.

Pour ce nouveau projet, la créatrice entend « confronter les corps virtuels avec les corps vivants » par le biais de l’univers des jeux vidéos. Cette création observe la force d’attraction des danses virtuelles, des jeux de rôles, et leur transfert dans un monde réel.
Mêlant danse, théâtre et images 3D, Stream Dream puise du côté de la culture des jeux vidéo pour mieux nous embarquer dans un trio à la narration insolite, dans lequel s’entrelacent le vivant, la réalité virtuelle et le rêve.
Au plateau, trois danseurs et leurs avatars projetés sur écran. Ensemble ils discutent, s’observent, dansent, se lancent dans des tentatives et font même quelques réussites. Ils questionnent avec un brin d’absurde leur rapport à l’existence, partagent leurs interrogations, leurs limites, leur solitude aussi, tout en jouissant avec espièglerie de leur frivolité. Loin de chercher dans le gaming un sillon pour critiquer l’ère numérique et l’individualisme narcissique de notre temps, la pièce préfère s’oxygéner des potentiels d’imaginaire et de liberté de ces espaces qui échappent aux lois de la gravité et du « raisonnable ». Des espaces où, si l’objectif est effectivement d’avancer toujours plus loin, ce que l’on y gagne, c’est avant tout son indépendance, son libre arbitre, sa pensée, sa différence.

Mer. 06.05.2020
10:00
Bruxelles - La Raffinerie
Jeune Public
Scolaire
Mer. 06.05.2020
15:00
Bruxelles - La Raffinerie
Jeune Public
55'
Explore :