Pièce chorégraphique pour drones et danseurs

Phoenix

Eric Minh Cuong Castaing

Création 2018 / Première belge

Conception : Eric Minh Cuong Castaing
Chorégraphie : Eric Minh Cuong Castaing
en complicité avec les danseurs Jeanne Colin, Kevin Fay, Mumen Khalifa, Nans Pierson et le Myuz GB Crew (Meuse Abu Matira, Hamad Abu Hasira, Mohammed Abu Ramadan)
Intervention chorégraphique : Aloun Marchal
Traduction : Tamara Saade
Robotique Drone : Scott Stevenson
Dramaturgie et aide à la conception : Marine Relinger
Création sonore : Grégoire Simon, Alexandre Bouvier
Lumières : Sébastien Lefèvre
Vidéo : Pierre Gufflet
Régie : Julien David, Mahmoud Alhaj
Cameraman à Gaza : Mostafa Abou Thoria
Montage vidéo : François Duverger
Aide à la coordination à Gaza : Suzanne Groothuis et Ingrid Rollema, Pieter de Ruiter
Regards : Youness Anzane, Alessandro Sciarroni, Pauline Simon, Anne-Sophie Turion
Remerciements : Emio Greco, Peter C. Scholten, Jan Goossens, Hildegard De Vuyst, Annie Bozzini, Thomas Peyruse, Karam Al Kafri, Julie Moreira-Miguel, Mehdi Ben Khouja, Caroline Dumont, Emilie Gillot, Emeline Villard
Production : Cie shonen
Coproduction : Charleroi danse, Ballet National de Marseille, Festival de Marseille, Pôle Arts de la Scène – La Friche la Belle de Mai, VIADANSE – CCN de Franche-Comté à Belfort, Institut français du Liban, tanzhaus nrw Düsseldorf, Centre d’arts visuels 2angles à Flers, HELLERAU – Europäisches Zentrum der Künste Dresden, CCN de Créteil et du Val-de-Marne / Compagnie Käfig, Fonds Transfabrik, HOPE Fondation
Soutien : DRAC PACA, Institut français à Paris et Ville de Marseille, Fonds Transfabrik, HOPE Fondation, DICRéAM, groupe Caisse des dépôts, prêt studio des Laboratoires d’Aubervilliers

Création 2018, Festival de Marseille

La création de Phoenix devrait marquer une date dans l’histoire de la danse : l’apparition du drone dans le champ chorégraphique. Aux manettes : Eric Minh Cuong Castaing, qui met en relation danse et nouvelles technologies. Ici, trois danseurs interagissent avec le vol de drones pilotés en direct, s’imprègnent du souffle du drone, du son qu’il produit et de sa position dans l’espace, aiguisant ainsi leur propre « sens radar ». Une seconde partie vient ouvrir une fenêtre sur le monde et, plus précisément, Gaza. Connecté en temps réel avec des artistes subissant, là-bas, la présence permanente des drones, le spectacle se poursuit pour dévoiler d’autres témoignages sensibles, d’autres danses, d’autres pratiques, dans un ailleurs où le drone est doté d’une fonction tragique.

Ven. 19.10.2018
20:00
Charleroi - Écuries
50'