OMMA

Josef Nadj

Création 2021 — Première belge — Pièce pour 8 danseurs — Tous publics 14 ans +

Chorégraphie: 
Josef Nadj

Interprètes: 
Djino Alolo Sabin, Timothé Ballo, Abdel Kader Diop, Aïpeur Foundou, Bi Jean Ronsard Irié, Jean-Paul Mehansio, Marius Sawadogo, Oukson Séré
Collaboration artistique
: Ivan Fatjo

Lumière: 
Rémi Nicolas

Musique
: Tatsu Aoki & Malachi Favors Maghostut, Peter Brötzmann & Han Bennink, Eureka Brass Band, Jigsaw, Lucas Niggli, Peter Vogel 

Régie générale
: Sylvain Blocquaux

Régie son: 
Ivan Fatjo 

Production, diffusion, administration: 
Séverine Péan, Emilia Petrakis / Bureau PLATÔ

Production: Atelier 3+1

Coproduction: Charleroi danse, Les Nuits de Fourvière, Festival International de la Métropole de Lyon, Les Théâtres de la Ville de Luxembourg, Le Trident – Scène nationale Cherbourg-en-Cotentin, MC93 – Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis, La Comédie de Valence – CDN Drôme-Ardèche, Le Grand Angle – Scène régionale Pays Voironnais, Les Salins – Scène nationale de Martigues, CCNT – CCN de Tours, Théâtre des Quatre Saisons – Scène conventionnée 

Soutien: Ministère de la Culture – DRAC Île-de-France, Région Île-de-France, L’Institut français et le programme Teatroskop, Le Cndc-Angers, CN D – Centre national de la danse, La Briqueterie – CDCN du Val-de-Marne, la Scène nationale d’Orléans

Josef Nadj a déjà connu plusieurs vies, danseur, chorégraphe, plasticien, photographe, ce lecteur enragé ne connaît pas de limite à son engagement artistique et ses multiples talents soulignent toujours la profondeur de son inspiration.
Adepte des remises en question, il a réuni cette fois huit danseurs d’origine africaine pour célébrer un nouveau départ, un sorte de retour à l’essence de la danse, sa manière à lui d’envisager l’avenir à l’aune de la tradition d’un autre continent.
Avec ce groupe inédit, il a cherché à retrouver les singularités, les signes d’une autre culture où le corps sans artifice revient, dans un destin commun, aux sources de l’humanité. Pour autant il n’abandonne pas les codes habituels de ses spectacles, un univers masculin où les interprètes évoluent en veste et pantalon noirs, une lumière sophistiquée, toujours signée par Rémi Nicolas, et un goût de la mise en scène qui balisent chacune de ses propositions. On attend avec curiosité ce que OMMA, qui signifie « œil, regard, ce que l’on voit » en grec ancien, va révéler de ce nouveau virage.

Mer. 27.10.2021
20:00
Charleroi - Écuries
Biennale 2021
55'