Pièce pour 3 danseuses

IDA don’t cry me love

Lara Barsacq

Création / Première

Un projet de : Lara Barsacq
Création et interprétation par : Lara Barsacq, Marta Capaccioli, Elisa Yvelin
Conseils artistiques : Gaël Santisteva
Scénographie et costumes : Sofie Durnez
Lumières: Kurt Lefèvre
Musique ( en cours): Nicolai Tcherepnin, Claude Debussy, Maurice Ravel, John Frusciante, Snow Beard, Tim Coenen, Lara Barsacq, Gaël Santisteva

Production: Gilbert & Stock
Coproduction: Charleroi danse, Les Brigittines
Résidences de création: Charleroi danse / La Raffinerie, Les Brigittines, Grand Studio, Le Théâtre de Liège et Honolulu, Nantes
Soutien : Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles — Service de la danse, Wallonie- Bruxelles International et Grand Studio (Bruxelles)
Remerciements à Kylie Walters, Ben Berckmoes, Caroline Godart, Joachim Latarget, Max Latarget, Sarah Vanhee, Emily Gayle, Sophie Perez, Boris Charmatz, Laura Aris, Julie Nicod, Delphine Michel et Vincent Sterpin

Photo © Stanislav Dobak

À l’origine, il y a Ida Rubinstein, danseuse légendaire des Ballets russes, muse de Serge Diaghilev, qui fit sensation à Paris au début du XXe siècle par son charisme, sa beauté et sa présence sulfureuse.
Dans Salomé d’Oscar Wilde qui la rendit célèbre, la danseuse effeuillait son costume et se dénudait : triomphe et renommée immédiats.
Par cet acte provocant et libérateur, Ida Rubinstein entrait dans l’histoire de la danse, de la performance et du féminisme. Un siècle plus tard, Lara Barsacq célèbre et chante la mémoire, la gloire et l’absence d’Ida Rubinstein, source d’inspiration constante. À sa façon, mêlant l’historique et le trivial, le grandiose et l’absurde, les souvenirs personnels et les archives, la chorégraphe compose une ode à la liberté et aux figures tutélaires qui insufflent énergie et audace.
Un hymne à la poésie et à la danse comme invention de soi.

Ven. 18.10.2019
20:30
Bruxelles - La Raffinerie
60'