Solo pour une danseuse

aSH

Aurélien Bory & Shantala Shivalingappa

Première belge

Avec : Shantala Shivalingappa et Loïc Schild (percussions)
Conception, scénographie, mise en scène : Aurélien Bory
Chorégraphie : Shantala Shivalingappa
Collaboration artistique : Taïcyr Fadel
Création lumière : Arno Veyrat assisté de Mallory Duhamel
Composition musicale : Joan Cambon
Conception technique décor : Pierre Dequivre, Stéphane Chipeaux-Dardé
Costumes : Manuela Agnesini avec l’aide précieuse de Nathalie Trouvé
Régie générale : Thomas Dupeyron
Régie plateau :Robin Jouanneau
Régie son : Stéphane Ley
Régie lumière : Mallory Duhamel

Directrice des productions : Florence Meurisse
Administrateur : Clément Séguier-Faucher
Chargé de production : Justine Cailliau Konkoj
Production : Compagnie 111 – Aurélien Bory
Coproduction : ThéâtredelaCité – CDN Toulouse Occitanie, Festival Montpellier Danse 2018, Agora – PNAC Boulazac Aquitaine, La Scala Paris, L’Onde Théâtre Centre d’Art
Participation artistique : ENSATT Lyon
Accueil studio, résidences : La nouvelle Digue – Toulouse, ThéâtredelaCité – CDN Toulouse Occitanie
Soutien : DRAC Occitanie, Région Occitanie / Pyrénées- Méditerranée, Mairie de Toulouse, Conseil Départemental de la Haute-Garonne, Institut Français

Formé à la physique, à l’acoustique architecturale et aux arts du cirque, Aurélien Bory s’intéresse aux relations qu’entretiennent des corps avec un espace en mouvement.
Avec sa Compagnie 111, il a créé plus d’une douzaine de pièces qui sont autant de succès internationaux. Il mène également de nombreux projets en collaboration avec des artistes venus d’autres horizons que les siens.
En Shantala Shivalingappa, Aurélien Bory a trouvé Shiva, dieu hindou de la danse, dieu aussi de carnage qui détruit autant qu’il fait renaître. En cette interprète de kuchipudi, style traditionnel du sud de l’Inde, il reconnaît l’une des femmes incarnant l’art chorégraphique auxquelles, depuis dix ans, il consacre des portraits scéniques. « Elle est née cernée par la danse », songe le metteur en scène qui la fait crépiter, telle une flamme noire, dans un paysage d’obscurité, de papier froissé et de cendres.
À chaque instant et dans chaque geste, la danse de Shantala est de vie et de mort, épiphanie, disparition et trace, indissolublement mêlées.

Ven. 31.01.2020
20:00
Charleroi - Écuries
Sam. 01.02.2020
20:00
Charleroi - Écuries
60'