Pièce pour 5 interprète / Déambulation chorégraphique

À travers les aulnes

Louise Vanneste

Création 2019 / Première

Conception, chorégraphie et mise en espace : Louise Vanneste
en collaboration avec
Vidéo : Stéphane Broc
Musique : Cédric Dambrain
Scénographie, éclairage : Arnaud Gerniers, assisté de Benjamin van Thiel
Regards extérieurs : Anja Röttgerkamp, Eveline Van Bauwel
Interprètes (en cours) : Gwendoline Robin, Gabriel Schenker + 3 danseurs
Assistante dramaturgique : Emmanuelle Nizou

Production : Louise Vanneste / Rising Horses
Coproduction : Charleroi danse, Kunstenfestivaldesarts, Théâtre de Liège, Les Halles de Schaerbeek, Le Gymnase – CDCN de Roubaix/Hauts-de-France
Partenariat : La Bellone
Soutien : Fédération Wallonie-Bruxelles, Grand Studio


Une coproduction et co-présentation Charleroi danse et Kunstenfestivaldesarts


Charleroi danse s’engage à produire, présenter et accompagner les œuvres de Louise Vanneste durant trois années de 2017 à 2020.

Avec Thérians (2017), Louise Vanneste a lancé un temps de recherche qui intègre et la danse et la littérature romanesque. À travers les aulnes en est un nouveau jalon, qui s’inspire du roman de Michel Tournier Vendredi ou les Limbes du Pacifique, celui-ci générant l’environnement chorégraphique. Louise Vanneste et ses collaborateurs partent d’images mentales générées durant la lecture du roman. De là s’élabore une carte chorégraphique fantasmée autour du mythe de Robinson, de son rapport à l’île déserte et de sa rencontre avec Vendredi.

Soucieuse de plonger le spectateur dans une plus grande intimité avec la proposition, Louise Vanneste imagine ici une déambulation chorégraphique impliquant tous les sens. De même, la chorégraphe ne fait pas du corps dansé l’épicentre d’À travers les aulnes. Vidéo, lumière, son prennent son relais, se lient, s’autonomisent et « font tout autant corps dans l’espace qu’ils posent d’autres enjeux de perception du temps, du mouvement, appellent d’autres corps ».

 

14 > 18.05.2019
Bruxelles - La Raffinerie